Bilan Carbone ® – tout savoir – tout comprendre

Dernière modification le 21 mai 2021

Qu’est-ce que le Bilan Carbone ® ?

Bilan Carbone ® est une méthodologie développée par l’ADEME et maintenant portée par l’Association Bilan Carbone (ABC).

Elle permet de comptabiliser puis de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’une organisation, d’un évènement ou d’un projet. elle propose aussi de puissants outils permettant de mettre en place une stratégie bas-carbone au sein de sa structure.

Pour l’utiliser en 2021 il faut avoir été formé et être titulaire de la licence distribuée par l’ABC. C’est mon cas.

Bilan Carbone
Licence Bilan Carbone

Cadre réglementaire

l’article 75 de la loi N° 2010-788 du 12 juillet 2010 (dite loi du Grenelle II) impose à certaines catégories de structures privées et publiques de réaliser périodiquement une mesure des gaz à effet de serre émis par l’activité.

Les structures privées concernées sont les entreprises de plus de 500 personnes en France Métropolitaine (plus de 250 personnes hors métropole). Un rapport doit être remis à l’ADEME tous les 4 ans.

Ce rapport est appelé Bilan GES réglementaire. Il ne couvre que les scopes 1 et 2.

Les outils de la méthodologie Bilan Carbone ® permettent bien-sûr de réaliser le BEGES

Les scopes

Les 3 scopes constituent une notion au cœur de la mesure des GES.

Il s’agit d’une définition internationale qui n’est pas liée à l’ADEME ou à la méthodologie Bilan Carbone ®.

Scope 1

Le scope 1 comptabilise les émissions directes. Celles dont la structure est directement responsable. Ce sont les émissions dues à la combustion d’énergies fossiles dans des dispositifs fixes ou mobiles possédés par la structure. Pour simplifier, les chaudières, les voitures de fonction et les engins de chantiers. Mais on compte aussi les fuites de gaz dans les climatiseurs ou les dispositifs réfrigérants.

Scope 2

Le scope 2 comptabilise les émissions indirectes liées à la production d’énergie utilisée par la structure. Principalement l’électricité et  les réseaux de chaleur ou de froid.

La consommation d’électricité dans la structure ne crée pas de GES. En revanche, sa production et son acheminement en génèrent.

Scope 3

Le scope 3 regroupe tout le reste. Notamment les déplacements de toutes natures : les frets amont et aval, les déplacements domicile/travail des salariés, les déplacements professionnels, les visites des clients, les achats de produits et de services (le papier de l’imprimante, les assurances….), les immobilisations (véhicules de fonction, ordinateurs, bâtiments…), l’utilisation et la mise au rebut des produits, l’élimination des déchets….

Le scope 3 est le plus indirecte car on peut se dire que l’on en est pas responsable. Néanmoins, il doit être comptabilisé dans un bilan carbone sérieux car les émissions induites sont nécessaires à l’activité de l’entreprise.

Un exemple immédiat : je sous-traite la livraison de mes produits. Je n’en suis donc pas responsable. Pourtant si elle n’a plus lieue, mes ventes n’existent plus.

Un exemple moins immédiat : si mes clients  particuliers ne se déplacent plus en magasin pour acheter mes produits, je ne réalise plus de ventes.

Le scope 3 est dans la très grande majorité des cas le plus important en terme de volume. C’est pourquoi il faut le considérer et mettre en place des actions de réduction.

A noter que le scope 3 n’est pas inclus dans le Bilan GES réglementaire que les entreprises de plus de 500 personnes doivent réaliser obligatoirement et remettre à l’ADEME.

Méthodologie

Sensibilisation aux changements climatiques

La première phase consiste à sensibiliser les équipes aux changements climatiques en cours. Cela peut se faire au travers d’une présentation « magistrale » ou bien par l’organisation d’un atelier La Fresque du Climat.

Définition du périmètre de l’étude

Le périmètre prend trois dimensions qu’il convient de fixer.

  • Temporel. En général nous parlons d’une année fiscale.
  • Organisationnel : quels sites, quelles installations prendre en compte ?
  • Opérationnel : quels scopes prenons nous en compte. Jusqu’où allons nous ?

Collecte des données

La collecte des données est un élément clef de la réalisation du bilan carbone. Elle est importante et parfois fastidieuse.

Les données collectées représentent tous les intrants de l’entreprise : les matières premières, les énergies achetées, les immobilisations. On regarde aussi les déplacements des salariés, des clients, l’utilisation des produits par les clients, l’élimination des déchets…etc

Exploitation des données

Conversion en tonne de CO2 équivalent

L’exploitation des données consiste en leur conversion en tCO2eq. Nous utilisons pour cela la notion de facteur d’émission.

Le facteur d’émission est la quantité de GES émis pour une unité de donnée.

Dans la méthodologie Bilan Carbone ®, les FE sont principalement issus de la Base Carbone® de l’ADEME, mais on peut utiliser des facteurs d’émission en provenance d’autres bases ou bien calculés par ses propres moyens à partir d’une ACV par exemple.

Prenons un cas concret :

La facture d’électricité de la structure montre une consommation annuelle de 50000 kWh sur l’année.

Le facteur d’émission moyen en France de l’électricité est de 60 grammes de CO2e par kWh.

La quantité de GES émis par la production et l’acheminement de l’électricité utilisée sur le site est donc de 3 tCO2e.

Cette valeur est comptabilisée dans le scope 2.

Bilan des émissions

Il s’agit d’additionner toute les conversions réalisées.

Une visualisation d’un bilan des émissions peut être celle-ci :

Exemple de bilan carbone

Sur cette vue, nous voyons la répartition des émissions selon les postes. Nous pourrons nous concentrer sur les postes les plus émissifs lors de la définition d’un plan de réduction.

Il est ensuite possible de poursuivre l’analyse en découpant chacun des postes, comme ici celui des matières premières :

Le découpage en postes permet de dégager les grosses masses qui vont ensuite mettre en exergue les zones où les actions de réduction seront les plus efficaces.

A effort égal, il est préférable de réduire de 10 % une émission de 1000tCO2e plutôt que de 50% une émission de 10tCO2e.

Incertitudes

La mesure des émissions gaz à effet de serre n’est pas une science exacte.

Il existe une incertitude plus ou moins forte sur le calcul final. Elle est due à l’accumulation d’incertitudes, notamment sur deux valeurs :

  • Les facteurs d’émission : il s’agit de valeurs moyennes.
  • Les données d’exploitations. En fonction du type de donnée, l’erreur peut être plus ou moins grande. Par exemple, une facture d’électricité est très précise. La marge d’erreur est plus importante quand on considère les déplacements des salariés.

Simulation de l’augmentation du cours du pétrole ou de l’introduction d’une taxe carbone

Dès que l’on connait la quantité de CO2 émise par une activité, on connait la quantité d’énergie fossile dont elle dépend puisque le C02 provient en très grande majorité de la combustion de ces composés chimiques (pétrole, gaz et charbon).

Les tableurs de la méthode Bilan Carbone ® comportent des outils qui permettent de simuler l’augmentation du cours du pétrole, du gaz ou du charbon.

Évaluation de l’impact financier de l’introduction d’une taxe carbone

De façon plus directe, il est aussi possible de simuler l’introduction d’une taxe carbone et de quantifier son impact financier sur la structure.

Ces deux outils extrêmement puissants mettent en exergue la dépendance financière de la structure vis-à-vis des énergies fossiles, et motivent la mise en place d'une stratégie bas-carbone.

Ces simulations justifient à elles seules la réalisation d’un Bilan Carbone ®.

Plan de réduction

Alors que nous avons maintenant une vue exhaustive des émissions de gaz à effet de serre, il s’agit dans un premier temps de hiérarchiser les actions à mener sur une matrice comme celle-ci

Il  y a malheureusement peu de chance de trouver beaucoup d’actions en haut à gauche du cadran 1.

Les actions se classeront probablement dans trois catégories :

  • Les actions faciles avec peu d’impact mais importantes à mettre en place car elles permettent de mettre en mouvement et de fédérer les équipes autour d’un but commun.
  • Les actions accessibles à plus ou moins court terme avec un impact moyen.
  • Les actions difficiles à mettre en place, probablement couteuses avec un impact fort. Ce sont ces actions qui permettront d’inscrire l’entreprise dans une stratégie bas-carbone.

Il faudra ensuite tracer une roadmap qui prendra en compte les dimensions de coût et d’impact.

Rapport final

L’étude est consignée dans un rapport final.

C’est un document de référence qui permet de travailler en continu sur le plan d’amélioration et de préparer les prochains bilans

Bravo !!!!!

Vous savez maintenant tout sur le Bilan Carbone ®.

Nous pouvons commencer le votre quand vous voulez.

Je vous remercie pour votre prise de contact.

Je viens de vous envoyer un premier e-mail.

S’il n’apparaît pas dans les prochaines minutes dans votre boîte de réception, je vous suggère de vérifier vos courriers indésirables (les spams). Il s’y est très probablement réfugié. Marquez-le comme « acceptable » ou « désirable ». Ainsi, la réponse que je vous adresserai très prochainement arrivera dans votre boîte de réception et non dans votre corbeille à spams.